Boyhood

par ffred  -  25 Juillet 2014, 15:35  -  #2014, #5* ♥, #Drame USA, #Richard Linklater, #Ethan Hawke, #Ellar Coltrane, #Patricia Arquette

Boyhood

 

On y suit le jeune Mason de l’âge de six ans jusqu'à sa majorité, vivant avec sa sœur et sa mère, séparée de son père. Les déménagements, les amis, les rentrées des classes, les premiers émois, les petits riens et les grandes décisions qui rythment sa jeunesse et le préparent à devenir adulte...

 

Boyhood : Photo Ellar Coltrane, Ethan Hawke, Patricia Arquette

 

Surtout connu pour sa trilogie Before (Sunrise, Sunset, Midnight) Richard Linklater nous offre aujourd'hui sans doute son meilleur film. Et son plus original, au moins sur l'entreprise. Pendant douze ans, il a filmé son histoire et ses comédiens. Entre 2002 et 2013, chaque année un segment du récit était tourné. Une évolution physique des acteurs et donc des personnages qui rend l'ensemble totalement crédible. Ne sachant rien du film avant de le voir, je me disais constamment qu'il avait été très fort de trouver des jeunes acteurs pour des âges différents qui se ressemblaient tellement. Et pour cause donc. Ils sont vraiment très biens. Que ce soit les enfants, Ellar Coltrane et Lorelei Linklater (fille du réalisateur), ou les parents, Patricia Arquette et Ethan Hawke, tous sont parfaitement dirigés et parfaitement convaincants. La mise en scène, discrète, et le scénario, écrit chaque année au fil des retrouvailles, nous donnent quelque chose de profondément touchant et émouvant. Pour une fois, on voit vraiment évoluer et murir des personnages (tous attachants). D'une ellipse à l'autre, sans heurt, glissant sur le temps, on suit la vie de cette famille (et l'évolution de la société en filigrane), celle du fils surtout, avec une certaine fascination et un réel bonheur. Morceau de vie, de six à dix-huit ans. Là où se jouent tellement de choses, formidables, nouvelles, naturelles, banales.

Autant l'entreprise a du être compliquée à monter, autant l'expérience est inédite et originale, autant Boyhood est un film simple, tendre, sensible, humain, délicat. Une formidable chronique douce amère, mélancolique et nostalgique, sur le temps qui passe. 2H45 comme un souffle. Juste l'un des plus beaux films de cet été et sans doute de l'année...

Boyhood
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :