Pride

par ffred  -  29 Juillet 2014, 12:43  -  #2014, #5* ♥, #Bill Nighy, #Imelda Staunton, #George Mackay, #Andrew Scott, #Ben Schnetzer, #Paddy Considine, #Dominic West, #LGBTQI

Pride

 

Eté 1984 - Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d'un minibus pour aller remettre l'argent aux ouvriers...

 

Pride : Photo Imelda Staunton

 

Ne cherchez pas plus loin, voilà la comédie de l'année ! Et comme souvent, elle nous vient d'Angleterre. Queer Palm à Cannes cette année, Pride est le deuxième film du britannique Matthew Warchus. Il est rare que deux sujets « sérieux » tels que la grève des mineurs sous l'ère Thatcher et le militantisme gay des années 80 se côtoient ainsi. Le film est donc d'abord très politique de par ses deux thèmes. Mais le tout est traité avec un humour ravageur (bien sûr très anglais) et une émotion rares de nos jours sur les écrans (mais l'un des deux sujets me touche plus particulièrement). Si bien que l'on ne sait souvent plus si l'on pleure d'émoi ou de rire. Tiré d'une histoire vraie, le scénario est parfaitement écrit avec des dialogues aux petits oignons (et rien n'est laissé de côté, de la lutte des mineurs donc, à l'homophobie et l’arrivée du sida...). La mise en scène est énergique, rythmée, jamais l’intérêt ne faiblit, aucune baisse d'intensité de la première à la dernière minute. Les personnages sont tous attachants, aussi bien chez les mineurs que chez les gays (et lesbiennes). L'époque est parfaitement rendue. Pour beaucoup d'entre nous, toute notre jeunesse. Les décors, les coiffures, les costumes, rien n'a été laissé au hasard, sans oublier la bande-son, bien sûr parfaitement raccord. Le casting est un mélange d'acteurs confirmés et de nouveaux talents. Bill Nighy, Imelda Staunton et Paddy Considine, tous épatants, d'un coté, et de l'autre de nouvelles têtes telles que Ben Schnetzer (La voleuse de livres), Andrew Scott (Jimmy's Hall) ou George Mackay (For those in peril) tous aussi formidables. Ce choc des communautés (toutes deux opprimées) que tout oppose, qui vont finalement s'entre-aider, se soutenir et s'aimer, est un vrai bonheur. Pride est donc le film à voir cet automne et c'est l'un des plus excitants de l'année. Aussi réussi sur le fond que sur la forme. Un vrai plaisir jubilatoire. On en ressort revigoré, galvanisé, heureux. Un vrai gros coup de cœur !

Sortie le 17 septembre

Pride
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Bernard T 11/10/2014 16:28

Un gros moment d'émotions : joie et pleurs ! A voir absolument :-p