Valley of Love

par ffred  -  18 Juin 2015, 04:20  -  #2015, #Drame France, #Guillaume Nicloux, #Isabelle Huppert, #Gérard Depardieu, #Cannes, #4.5*

Valley of Love

 

isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu'ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant. Malgré l'absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael...

 

Valley of Love : Photo Gérard Depardieu, Isabelle Huppert

 

Trente cinq ans après Loulou de Pialat, Guillaume Nicloux reforme pour nous le couple Huppert/Depardieu. Les personnages s'appellent Isabelle et Gérard et sont comédiens. Etrange situation pour un film qui l'est tout autant. D'un bout à l'autre, l'ensemble est aussi intriguant qu'envoutant, accentué par un énigmatique côté fantastique qui donne un vrai suspens. La mise en scène est aussi maitrisée que sobre et discrète, pour un scénario et des dialogues très bien écrits. C'est fait avec délicatesse et subtilité. Et puis, il y a le couple d'acteurs. Depardieu prouve ici qu'il n'a rien perdu de son talent et qu'il peut encore être un bon (grand ?) acteur. Isabelle Huppert est, comme toujours, formidable. Après quelques très bons films (La religieuse, Le poulpe, La clef, Cette femme-là) pour un seul vrai ratage (Le Concile de Pierre), voici donc certainement le meilleur opus de Guillaume Nicloux. Tout ici est réussi : mise en scène, scénario, technique, direction d'acteurs. Et le plus important : une vraie et belle émotion pour une très belle réflexion sur la perte, le deuil et la culpabilité. Un des plus troublants et des plus beaux films français de l'année (reparti malheureusement bredouille de Cannes).

Valley of Love
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

dasola 22/06/2015 17:02

Bonjour ffred, j'ai trouvé que les acteurs étaient très bien dirigés, j'ai été contente de revoir Depardieu sobre et touchant. Le côté fantastique m'a un peu déroutée. Bonne fin d'après-midi.