Nos Années Folles

par ffred  -  17 Septembre 2017, 09:03  -  #2017, #Drame France, #Biopic, #André Téchiné, #Pierre Deladonchamps, #Céline Sallette, #Grégoire Leprince-Ringuet, #Michel Fau, #1.5*

 

La véritable histoire de Paul qui, après deux années au front, se mutile et déserte. Pour le cacher, son épouse Louise le travestit en femme. Dans le Paris des Années Folles, il devient Suzanne. En 1925, enfin amnistié, Suzanne tentera de redevenir Paul…

 

Nouvelle adaptation d’une histoire vraie pour André Téchiné (après, entre autres, L’homme qu’on aimait trop ou La fille du RER). Lui qui nous avait plutôt ravi avec son Quand on a 17 ans l’an passé, passe complètement à côté de ce nouveau long métrage. Une histoire qui, sur le papier, pouvait s’avérer passionnante et tragique, n’accouche que d’un film ennuyeux au possible. Il manque tout ici. Une mise en scène digne de ce nom. Un scénario mieux écrit et mieux construit (comme réflexion sur le genre et l'identité sexuelle, on a vu nettement mieux !). Des personnages attachants. Une reconstitution un peu moins poussiéreuse. Cela manque surtout de fièvre et de passion. Bref, ratage total. Aucune puissance, aucune émotion, aucune sympathie ou empathie envers les protagonistes. L’interprétation reste l'élément le plus probant. Céline Sallette est de loin la meilleure du lot, mais on l’a déjà vue bien plus convaincante ailleurs (ne serait-ce que dans Corporate cette année). Pierre Deladonchamps ne s’en sort pas trop mal mais il en fait parfois un peu trop. Son personnage est le plus mal écrit et manque cruellement d’épaisseur. Michel Fau est comme toujours excellent et Grégoire Leprince-Ringuet pour une fois très bien. Bref, on se désintéresse très vite de tout ça. Au final, un Téchiné poussif, vieillot, raté. Dommage, il y avait matière à un beau film d’amour et d’aventures, ambigu et poignant, sur fond d’Histoire. Mais non. A éviter donc...

 

Nos Années Folles
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :