Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Boy Erased

 

Deuxième film derrière (et devant) la caméra pour l'acteur australien Joel Edgerton après le thriller The gift (inédit en salles chez nous). Pour se faire, il convoque sa compatriote Nicole Kidman (qui continue de rajeunir) qui joue pour la première fois avec son ami Russell Crowe (qui continue de s'arrondir). Mais c'est Lucas Hedges qui tient le haut de l'affiche. Le réalisateur s'est réservé le rôle du directeur du centre, parmi lesquels Xavier Dolan joue l'un des "clients". Ils sont tous très biens même s'ils ont tous été meilleurs par ailleurs. Quant au film lui-même, il est mis en scène assez mollement, pour un scénario à peine plus convaincant, même s'il ne juge pas et n'est pas manichéen. Parsemé de quelques longueurs, voir lourdeurs, l'intérêt principal de l'ensemble est qu'il est adapté du livre-témoignage du jeune homme interprété par Hegdes. Tout cela est donc bien réel, le plus hallucinant étant que la plupart des états américains autorisent encore ces thérapies de conversion, sans parler de dizaines de pays à travers le monde. Forcément, certaines scènes sont très fortes. Malheureusement, cela ne suffit pas à insuffler une épaisseur et une émotion qui manquent cruellement. Malgré le chemin parcouru, il reste encore du boulot, entre religions et homophobie, pour faire avancer les choses et changer les mentalités. Si Boy Erased, portrait d'une certaine Amérique, n'est pas un grand film, il a au moins le mérite d'exister et fera peut être ouvrir les yeux à certains...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article