Eté 85

par ffred  -  9 Août 2020, 14:46  -  #2020, #Drame France, #François Ozon, #Félix Lefebvre, #Benjamin Voisin, #Valeria Bruni Tedeschi, #Melvil Poupaud, #Isabelle Nanty, #Philippine Velge, #Bruno Lochet, #Aurore Broutin, #3.5*, #LGBTQI, #Cannes

 

Je n'en avais entendu que du mal, et même du très mauvais. J'ai donc voulu me rendre compte par moi-même. Car si la filmographie de François Ozon est plutôt en dents de scie, il y a toujours quelque chose à sauver de ces (moins bons) films. M'attendant donc à rien, et surtout à ne pas aimer, j'en suis sorti agréablement surpris, et étonné de ce mauvais bouche à oreille. Certes, ce n'est pas le meilleur film de son auteur, ni pour la mise en scène, ni pour le scénario, ni même pour la direction d'acteur. Mais il se dégage un certain charme, une petite musique mélancolique qui nous rappelle l'époque et les émois d'adolescents, surtout pour les gens comme moi qui avaient l'âge des personnages cet été là. Pas mal de scènes, de dialogues, de situations que nous avons vécus. Et pas mal de références, de La boum aux Roseaux sauvages. Les deux acteurs principaux (dont le très en vogue Benjamin Voisin) ne sonnent parfois (souvent ?) pas très justes, mais personnellement cela ne m'a pas trop gêné. Valeria Bruni-Tedeschi, Isabelle Nanty et Melvil Poupaud sont, par contre, vraiment très biens. Au final, une jolie et tragique (première) histoire d'amour entre deux garçons, même si l'homosexualité n'est pas le thème du film (les deux protagonistes auraient pu être gars et fille). Alors certes, que ce soit sur la forme ou sur le fond, Été 85 n'est pas le meilleur d'Ozon, mais pas le pire non plus. Un certain charme pour un joli moment, plus sombre qu'il n'y parait, mais très vite oublié cependant...

Eté 85
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Max 19/08/2020 20:17

Oui, plutôt d'accord avec Dasola pour dire que ce film est plutôt un bon "Ozon", on retrouve son cinéma intense qui tient en haleine tout le film (mais sans atteindre le niveau de ses très bons films comme "Frantz" ou "Grâce à Dieu"). Beaucoup de vitalité (celle de la passion de la jeunesse) se dégage de ce film et on retrouve une voix-off, souvent présente chez Ozon, donnant un côté littéraire au film. On y trouve aussi quelques réflexions intéressantes sur certains sujets (ce que l'on projette sur l'autre en l'idéalisant, ou encore le rôle thérapeutique de l'écriture). Autre réussite: la musique qui transporte tout de suite dans les années 80! Mention spéciale pour une scène de discothèque sublime: c'est une scène d'ambiance en discothèque avec stroboscope (émet une source de lumière de façon intermittente) sur la musique de Stars de la pub!
En revanche, 2 faiblesses sautent aux yeux :
1) Le film est gravement endommagé par certains seconds rôles: Valeria Bruni Tedeschi surtout, dont l'interprétation sonne faux, et l'anglaise qui fait un peu "cliché" avec son accent très marqué.
2) les flashbacks (ou plutôt flashforwards - sauts en avant) gâchent un peu le suspense (dès les premières images, on sait comment toute cette histoire va se terminer) et interrompent régulièrement et brutalement l'histoire racontée (ils nuisent à la fluidité du récit).

dasola 18/08/2020 11:51

Rebonjour ffred, je te trouve un peu dur. Rien que pour les deux acteurs principaux, je n'ai pas encore oublié le film. Bonne journée.