Alata

par ffred  -  24 Mai 2013, 15:06  -  #2013, #3*, #Gay, #Israël, #Drame

Alata : Affiche

 

Nimer, un étudiant palestinien réfugié clandestinement à Tel-Aviv, rêve d’une vie meilleure à l’étranger. Une nuit, il rencontre Roy, un jeune avocat israélien. Ils s’éprennent l’un de l’autre. Au fil de leur relation, Nimer est confronté aux réalités cruelles de la communauté palestinienne – qui rejette son identité – et de la société israélienne – qui ne reconnaît pas sa nationalité. Sur fond de lutte familiale, politique et sociale, Nimer doit choisir entre son désir d’ailleurs et son amour pour Roy.

 

Programmé dans seulement deux salles parisiennes (et quinze en France), il ne faut donc pas trainer pour voir ce film israélien. Pour son premier long métrage, Michael Mayer nous offre une histoire intéressante et prenante bien que quelque peu bancale. On sent qu'il a voulu parler de beaucoup de choses. A la fois nous conter une belle histoire d'amour entre garçons, nous parler de la difficulté d'être gay en Palestine sur fond de conflit israélo-arabe et d'homophobie. Cela fait peut être beaucoup pour un premier film. Il nous parle de tous ces thèmes, forcément étroitement liés, sans vraiment en traiter un à fond, chacun faisant de l'ombre à l'autre. Il y perd du coup en puissance et en émotion. Malgré tout, dans ce contexte, on vit tout de même l’histoire intensément, la romance amoureuse se transformant inéluctablement en amour impossible et en tragédie pour se terminer comme un thriller. D'entrée on s'attache aux personnages, on espère pour eux, on vibre pour eux et on a tout de même le coeur bien serré à la fin. Ils sont interprétés avec conviction par Nicholas Jacob, le jeune étudiant palestinien (vraiment charmant) dont c'est le premier rôle et Michael Aloni, le jeune avocat israélien (vu dans Le policier et Infiltration).

Si Alata est un peu maladroit, il est certainement fait avec beaucoup de sincérité. Traité avec pudeur et sensibilité (et éloigné des clichés attendus), on est pourtant loin de la force de The bubble de Ethan Fox qui abordait un sujet assez similaire. Assez poignant tout de même...

Alata
Alata
Alata
Alata
Alata
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

pierreAfeu 06/06/2013 10:58

Problème homonymie, peut-être...

ffred 06/06/2013 11:01

possible, et les fiches Allociné ne sont pas fiables à 100%, il y a beaucoup d'erreurs !

pierreAfeu 30/05/2013 11:18

Par contre, il semble que ce ne soit pas du tout le premier long métrage de Michael Mayer. Selon allociné il a notamment réalisé La maison au bout du monde avec Colin Farrel [sorti direct to DVD je crois].

ffred 06/06/2013 10:26

Les anecdotes sur le film du même Allociné disent : "Il s'agit de la première expérience cinématographique du jeune Nicholas Jacob, qui tient le rôle de l'étudiant, comme de celles du réalisateur/scénariste Michael Mayer et de son co-scénariste Yael Shafrir. " donc je ne sais pas...

Heavenlycreature 29/05/2013 23:00

On en sort, et je me disais également que ça devait être un premier film de part (tu me le confirmes) le fait qu'on sente le besoin de raconter plein de chose... c'est certes sincère, et c'est le genre de film avec lequel on a pas envie d'être trop méchant... mais j'avoue m'être passablement ennuyé...