Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Angèle et Tony

 

 

Clotilde Hesme. Pyramide Distribution Clotilde Hesme. Pyramide Distribution Clotilde Hesme & Evelyne Didi. Pyramide Distribution


Premier film vu dans le cadre du Festival d'hiver 2011, Angèle et Tony en est aussi mon premier coup de cœur. C'est l'histoire d'un retour à la vie. C'est l'histoire d'une rédemption. C'est d'abord et avant tout une histoire d'amour. Forcée, intéressée, sincère, belle. Pour son premier long métrage Alix Delaporte frappe fort. Fort mais simple. Sa mise en scène, comme son scénario sont d'une grande simplicité et d'une grande intelligence. Pas de lourdeur, pas de pathos, c'est sensible, franc, direct, discret même. Pas de mièvrerie ou de sentimentalisme. C'est plein de tact et de justesse. Même si ça commence en douceur et que l'on peut craindre le pire. Petit à petit on s'attache aux personnages (moi surtout après avoir pété un plomb sur les trois pétasses/racailles qui parlaient au dernier rang en bouffant du popcorn comme si elles étaient au Mcdo, ce qui a entrainer une engueulade avec d'autres spectateurs mais après on attendait une mouche voler -j'étais donc content de moi- faut les mater dès le début sinon c'est foutu pour tout le film) et l'émotion vous gagne subrepticement pour ne plus vous lâcher, le cœur serré jusqu'au bout. Sans spoiler, que c'est bon de voir de temps en temps un film qui finit bien. Ou tout se passe comme on le souhaite mais sans que cela soit cousu de fil blanc. A chaque instant on se dit qu'elle ne va pas oser faire écraser son héroïne par un quinze tonnes ou noyer son héros en mer. Et bien non elle ne le fait pas...Pour autant ce n'est pas une comédie romantique ! On est plutôt dans le drame social sur fond de misère humaine (sans le misérabilisme qui va avec) mais surtout devant un très beau portrait de femme. Au final c'est l'histoire d'Angèle qui nous fascine, les autres on s'en fiche un peu. L'ami qui m'accompagnait (et qui a détesté, ça promet une belle foire d'empoigne chez Chris) me demandait en sortant quel était l'intérêt de voir une histoire aussi banale sur des gens aussi ordinaires ? Justement parce qu'elle est banale, qu'elle nous ressemble peut être et que c'est juste la vie. Et cette histoire d'amour improbable entre une mère de famille qui sort de prison et un marin-pêcheur bourru est finalement tout sauf banale. C'est une bouffée d'espoir, un élan vers un avenir meilleur. Une fois n'est pas coutume je cite Première (aussi l'accroche de l'affiche) " Premier film humble et infiniment pudique" Angèle et Tony "est une ode vibrante aux gens qui tiennent debout, envers et contre tout", je suis entièrement d'accord, cela résume bien ma pensée. Un mot sur les acteurs qui sont tous formidables. Grégory Gadebois est bien sympa avec sa bonne tête, très juste, tout comme Evelyne Didi (la maîtresse d'école de L'été meurtrier) et Lola Duenas. Quant à Clotilde Hesme, elle est juste bouleversante. Son meilleur rôle à ce jour, son premier vrai premier rôle et elle y est formidable, bien loin des crinolines des Mystères de Lisbonne. Le film risque fort d'avoir une audience confidentiel, dommage pour elle. Plus le récit avance plus elle s'illumine. Le premier vrai sourire qu'elle nous donne, sur le bateau, est la scène la plus émouvante. Et là où, pour moi, tout bascule. A noter que la musique et la photo sont toutes les deux magnifiques.

Bref vous l'aurez compris, Angèle et Tony est mon premier vrai gros coup de cœur de l'année. Un premier film très réussi qui en appellera beaucoup d'autres, espérons le, pour sa jeune réalisatrice. J'en suis sorti bouleversé, en larmes et en vrac...

 

4-e-toiles

 

Grégory Gadebois & Clotilde Hesme. Pyramide Distribution
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Je suis retourné le voir, histoire de dire que j'aurais pu passer à côté de quelque chose. Si je modère en effet mon premier avis, ayant été plus dans le film, je n'en suis toujours pas plus convaincu. C'est appliqué, il y a de l'ambiance certaine, c'est juste l'actrice que je trouve pas bien du début à la fin. Elle me fait penser à Rochelle Redfield en moins bien. Film moyen donc, mais moins mauvais que de prime abord...
Répondre
F
tu sais donner envie ! :)
Répondre
P
J'en ressors assez mitigé. De jolies scènes, de bonnes intentions, mais une application de bonne élève qui plombe le propos...
Répondre
G
Là, en revanche, je te rejoins totalement. D'une très belle justesse, d'un humanisme simple et déconcertant, bouleversant. Je me faisais une remarque en sortant du film: pourquoi n'y a-t-il pas plus de réalisateurs qui comprennent que le pouvoir des mots, on le perçoit surtout pendant les silences?
Répondre
T
Oui, d'accord sur la réa qui est très bonne (juste, plutôt, sans excès). Mais quand même, les airs de piano et le réalisme gnan-gnan de l'humanité bienveillante (et je ne parle pas de l'horrible fin), c'est quand même relou non ?
Répondre