Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Par effraction

 

L'histoire :

 

Will traverse une période difficile avec Liv, sa compagne. Il vient en plus d'installer son cabinet d'architecte paysagiste dans King's Cross, un quartier de Londres en pleine réhabilitation. Ses luxueux locaux attirent une bande du coin qui le cambriole à répétition. Excédé, Will finit par suivre l'un des jeunes voleurs jusque chez lui où le jeune homme, Miro, vit avec sa mère, Amira, une réfugiée bosniaque. Afin d'en apprendre plus sur le gang, Will s'arrange pour sympathiser avec Amira mais rapidement, des sentiments imprévus surgissent... Pour Will, c'est le début d'une plongée au coeur d'un autre univers que le sien, et au plus profond de lui-même.
 

 

Mon avis :

 

Un sentiment mitigé à la sortie de ce film. Le problème est que plusieurs thématiques sont abordées et qu'aucune n'est vraiment traitée à fond : drame sociale, drame familial, histoire d'amour, délinquance, immigration...Au final cela fait un peu fourre-tout. L'évocation de deux mondes bien distincts qui essaient de se mélanger volontairement ou involontairement mais qui n'y arrivent pas, même si ces quelques moments vont, malgré tout changer leur vie. Anthony Minghella nous avait habitué à nous délecter de beaux mélos lyriques et romanesques (Le patient anglais, Cold mountain), des films d'époque et en costumes. Le retour au présent ne lui a pas forcement réussi.

 

Juliette Binoche. Buena Vista InternationalJude Law. Buena Vista InternationalRobin Wright Penn. Buena Vista International

 

Passés outre ces quelques défauts, on est surtout pris par l'interprétation. Jude Law a rarement été aussi bon. Emprisonné dans un physique avantageux qui le dessert plutôt sur le plan artistique, il se sort à merveille de ce rôle prenant, entre un père de famille qui s'éloigne de sa femme et de sa fille autiste, ses problèmes de travail, et son histoire d'amour naissante avec Amira. Comme le dit le réalisateur "puni quelque part à cause de son physique. Les choses devraient être plus faciles pour lui en vieillissant, quand cette beauté brillante s'atténuera et laissera voir ce qu'il est vraiment. Sydney Pollack (producteur du film), mon associé, a travaillé huit ou neuf fois avec Robert Redford, et j'aimerais bien que Jude soit mon Redford. C'est un excellent acteur, complexe et particulier"; Robin Wright Penn dans le rôle de sa femme, est excellente, juste, discrète, dommage qu'on ne la voit pas plus souvent à l'écran. Le jeune Rafi Gavron est aussi très bien alors que c'est son premier film.

 

 

 

Naturellement celle qui irradie et illumine le film de sa présence c'est Juliette Binoche. Comme d'habitude, n'en déplaise aux grincheux, elle est parfaite, mais cela commence à devenir un pléonasme. Très touchée par le scénario (sa grand-mère était immigrée polonaise et couturière), elle s'est beaucoup impliquée pour préparer son rôle. Elle est allée passer quelques temps en Bosnie et rencontrer des femmes qui avaient connu la guerre et ce qu'a vécu son personnage dans le film. Elle est rare mais pas grave, elle se préserve, comme ça on a plus de plaisir à la voir de temps en temps...

 

Jude Law and Juliette Binoche in Weinstein Company's Breaking and Entering

Weinstein Company's Breaking and Entering

 

Mon Top Anthony Minghella :

 

 

Mon Top 3 Jude Law :

 

 

Mon Top Juliette Binoche :

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
vive Jude Law!!!! ^^
Répondre
F
Assez d'accord avec toi, mais j'ai quand même mis une moins bonne note au film, parce que le jeux des acteurs, quoique tout à fait correct (et même très bon pour Juliette Binoche) ne comble pas les lacunes du scénario pour moi.
Répondre