Hors-la-loi

29 Septembre 2010, 07:00  -  #2010, #Cannes, #Roschdy Zem, #1*, #Drame France, #Sami Bouajila, #Rachid Bouchareb, #Damien Bonnard, #Bernard Blancan, #Sabrina Seyvecou

 

L'histoire


Chassés de leur terre algérienne, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine. A Paris, Abdelkader prend la tête du mouvement pour l’Indépendance de l’Algérie et Saïd fait fortune dans les bouges et les clubs de boxe de Pigalle. Leur destin, scellé autour de l’amour d’une mère, se mêlera inexorablement à celui d’une nation en lutte pour sa liberté...

 

 

 

Roschdy Zem et Sami Bouajila. StudioCanal Bernard Blancan. StudioCanal Samir Guesmi et Roschdy Zem. StudioCanal

 

 

 

Mon avis


Je n'avais pas du tout aimé Indigènes il y a quatre ans. Cette fois c'est un peu mieux. Il parait qu'il existe une polémique autour de ce film. Ne connaissant rien de cette page d'histoire, je ne peux donc me prononcer. Occultant donc le côté politique j'ai suivi cette histoire comme une grande saga familiale des années 20 à l'indépendance de l'Algérie. Le tout est très inégal. Des bonnes scènes d'action, des moments d'émotion (surtout autour de la famille et de la mère), des moments très ennuyeux, d'autres plus ou moins crédibles. La mise en scène est académique, sans surprise, un peu lourde voir trop démonstrative même si la reconstitution historique est plutôt réussie. Techniquement c'est du bon boulot. Moins l'interprétation d'ensemble. Les acteurs principaux s'en sortent à peine, ma préférence va à Jamel Debbouze même si les trois ne déméritent pas (Roschdy Zem, Sami Bouajila) mais ont été bien mieux ailleurs, ainsi que Bernard Blancan leur compère palmé. Bref tout cela est un peu mitigé. On sent que c'est fait avec sincérité mais avec un certain manque d'objectivité peut être. Passable mais vraiment pas indispensable. Reparti bredouille de Cannes, rien d'étonnant...

 

 

Jamel Debbouze et Chafia Boudraa. StudioCanal

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :