Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare

par ffred  -  14 Août 2012, 08:20  -  #2012, #Drame USA, #Keira Knightley, #3*, #Steve Carell

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/08/65/20024144.jpg http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/06/34/20161843.JPG

 

Tout le monde s'est demandé un jour ce qu'il ferait si la fin du monde était annoncée pour dans trois semaines. Pour son premier long métrage, Lorene Scafaria tente d'y répondre avec ce film apocalyptique sous forme de comédie romantique. Le mélange des deux genres a rarement été tenté. Les américains plébiscitant le spectaculaire, c'est toujours sous forme de film catastrophe qu'ils imaginent la fin des temps. On est bien entendu aussi très loin de la version de Lars Von Trier et de son Melancholia auquel ce film est comparé. Ce n'est pas un film d'action, le rythme est lent, et la mise en scène n'est pas le point fort de l'ensemble. Le scénario, forcément terriblement mélancolique et nostalgique, n'est pas toujours très crédible. Mais il est plus profond qu'il n'y paraît, et nous offre une belle réflexion sur les sentiments. Malheureusement quelques dialogues et situations frisent parfois le ridicule. Le tout est donc assez inégal mais on assiste à quelques jolis moments. Assez inégal aussi l'interprétation surtout au niveau des seconds rôles. Mais Steve Carell n'est pas mal du tout, il est assez loin de ses rôles comiques habituels et prouve que sa palette est large et qu'il peut tout jouer. Quant à Keira Knightley, si elle agace plus qu'elle ne charme, elle ne s'en sort pas trop mal ici, beaucoup plus supportable que dans le dernier Cronenberg. Au final, dans une programmation estivale médiocre, Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare, malgré un côté bancal, est plutôt attachant, il se laisse regarder et serait presque même une petite bouffée d'air frais...

 

3-e-toiles

 

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/23/74/20136297.jpg

Bob Morane 14/08/2012 16:27

Je patarge tout a fait ton point de vue. Pas le film de l'année, mais il laisse un bon arrière gout.