L'Oeil du mal

28 Décembre 2008, 13:15  -  #2008, #Steven Spielberg, #Thriller US, #2*, #Rosario Dawson, #D.J. Caruso, #Shia LaBeouf, #Michelle Monaghan

 

L'histoire

 

Jerry et Rachel ne se connaissent pas, mais un cauchemar leur a donné rendez-vous. Parce que quelqu'un l'a fait passer pour un terroriste et qu'il est désormais recherché par toutes les polices, Jerry n'a pas d'autre choix que d'obéir à la mystérieuse voix qui contrôle chacun de ses faits et gestes. Rachel est elle aussi obligée d'obéir, sinon ce sera son fils, Sam, qui le paiera de sa vie. Dans une course contre la montre où la manipulation et l'hypertechnologie sont reines, les deux jeunes gens doivent accomplir tout ce que la voix leur demande, quels que soient les risques. S'ils veulent survivre au piège, ils vont devoir à la fois échapper à leurs poursuivants et percer le secret de ceux qui mènent ce jeu infernal...

 

Mon avis


Voilà un thriller high-tech totalement paranoïaque. La mise en scène est efficace mais le scénario (sur une idée de Steven Spielberg) laisse perplexe. Le trop plein d'invraisemblances et de gadgets informatiques plombent très vite le film et passée une mise en route plutôt prometteuse, on décroche très vite saoulé par une histoire à laquelle on ne comprend plus rien. Peu de choses à retenir donc, si ce n'est un montage nerveux (trop ?), quelques courses poursuites haletantes, une interprétation solide et l'envie de ne plus répondre à son téléphone portable ! DJ Caruso a été sans doute plus convaincant avec Two for the money et Paranoïak mais nous offre tout de même un divertissement assez efficace mais largement dispensable.

 

 

Shia LaBeouf. Paramount Pictures France Michelle Monaghan. Paramount Pictures France Billy Bob Thornton. Paramount Pictures France

Shia LaBeouf et Michelle Monaghan. Paramount Pictures France

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

al111 04/01/2009 22:24

la première demi-heure est haletante, puis au fur et à mesure que les choses se décantent, ça devient lourd et ça finit sur une note patriotique immonde.