Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Fur : Portrait imaginaire de Diane Arbus

 Fur : Portrait imaginaire de Diane Arbus

La secrétaire, précédent film de Steven Shainberg m'avait fortement impressionné par son originalité, sa prise de risque et son sens du politiquement incorrect. Je suis donc allé voir "Fur" sur ce seul souvenir et cette seule motivation. Je n'avais jamais entendu parlé de cette photographe américaine, ni vu une seule de ses oeuvres. Je partais donc dans l'inconnu et je ne suis pas déçu. Si ce film-ci est très différent, on sent tout de même la patte du metteur en scène qui s'affirme dans un style très personnel. Quelque part entre David Lynch, Peter Greenaway ou même un peu de Tim Burton, les personnages oscillent dans un monde quasi imaginaire qui n'est pas sans rappeler Alice au pays des merveilles. Happé dès les premières minutes par cet univers très particulier, je n'ai pas quitté l'écran des yeux et aurais aimé continuer à suivre la vie de Diane après la fin du générique.

En plus de sa mise en scène pleine de poésie et d'imaginaire, le film est d'une beauté visuelle époustoufante. La photographie est vraiment magnifique, chaque acteur, chaque décor, chaque appareil photo est filmé comme une oeuvre d'art. Cela m'a donné l'envie de mieux connaitre cette artiste, son histoire et ses publications. Les faits rééls sont mêlés ici à la fiction, et on aimerait que tout ce soit vraiment passé comme ça !

Nicole Kidman est comme à son habitude parfaite, elle peut vraiment tout jouer. Lumineuse, rayonnante, toujours juste, une des rares actrices du moment à donner autant d'émotions !

Un vrai coup de coeur et à coup sûr un des mes prochains films cultes.

Mon Top Nicole Kidman :


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Déjà , bravo pour ton blog toujours aussi bien réalisé et documenté. Il est certain que je vais voir ce film. Ce genre de réalisateur "raffréchit" le cinéma et brise les tabous.<br /> A bientôt, Gérard
Répondre