Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Le Premier venu

 

 

L'histoire

 

La fille a une vingtaine d'années, elle est issue d'un milieu bourgeois. Elle cherche à donner un peu de lumière et de légèreté à sa vie, qu'elle voit comme très insuffisante et inutile. Sans l'intensité qui lui est nécessaire. Elle décide de donner son amour. Pas au plus séduisant, ni au plus méritant ou au plus admirable, non, ceux-là n'ont pas besoin d'elle, elle donnera son amour au "premier venu".
Mon avis


Doillon a toujours été un cinéaste à part, et ces films toujours assez hermétiques. Celui-ci ne déroge pas à la règle. La mise en scène est épurée voir minimaliste. Le scénario semble insignifiant et léger alors que les dialogues peuvent être lourds. Techniquement pas d'esbroufe et le minimum syndical. L'interprétation est moyenne. Si Gérald Thomassin s'en sort excellemment (César espoir masculin pour Le petit crimimel du même Doillon en 1991), Clémentine Beaugrand dont c'est le premier film et Guillaume Saurrel, sont moins naturels et semblent parfois déclamer une récitation très scolaire. Par contre l'excellent François Damiens, dans un petit rôle à contre-emploi, est très bien. On s'ennuit ferme au début du film et j'ai même failli décroché totalement mais petit à petit on se rapproche des personnages qui finissent par être attachant dans leurs maladresses et leurs banales singularités. Constamment on pense que cela va basculer dans le drame sordide pour finalement se terminer sur des notes d'espoir. Un joli film bancal et inégal mais qui se laisse voir si on a le courage de résister un tant soit peu. Mais pas inoubliable.

 

 

Clémentine Beaugrand et Gérald Thomassin. Pyramide Distribution

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article