Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Roberto Succo

 

Un film de Cédric Kahn avec Stefano Cassetti, Isild Le Besco, Patrick Dell'isola

Drame, France, 2h04mns

Sortie en salles le 16 mai 2001

 

Synopsis

 

Kurt (Stefano Casseti) est âgé d'une vingtaine d'années, il a une Golf décapotable et un accent indéfinissable. Léa (Isild Le Besco), une lycéenne, est plus jeune et plus timide. Ils font connaissance sur la Côte d'Azur, à la fin de l'été. Les vacances terminées, la jeune fille retourne chez elle en Savoie. Mais tous les week-end, avec une régularité de métronome, Kurt part retrouver Léa. Leur relation est celle de deux enfants plutôt que de deux amoureux. Kurt est solitaire et taciturne, il vole des voitures, s'habille en treillis, se procure des armes et des munitions. Parallèlement, Thomas (Patrick Dell'Isola), qui dirige la section des recherches de la gendarmerie, enquête sur le meurtre d'un policier en Savoie, sur une série de cambriolages, des enlèvements de femmes et d'autres types d'agression. Ces faits hautement répréhensibles le mènent bientôt sur la piste d'un criminel italien en cavale.

 

Critique

 

Un film d'une froideur presque clinique. Un scénario sans faille pour suivre la cavale parsemée de mort de ce fou parricide. L'histoire tirée de faits réels ne juge jamais, ne faisant du personnage ni un héros ni un monstre. On suit juste son parcours et ses rencontres. Les crimes ne sont jamais montrés et tout est plutôt suggéré.

 

Isild Le Besco et Stefano Cassetti.

 

La mise en scène est simple et limpide. L'intérêt ne retombe jamais, dès la première minute le ton est donné et l'ambiance est installée pour tout le film sans jamais ennuyer. Les faits sont juste montrés, sans partis pris, sans romantisme et sans sentiments superflus.

 

Stefano Cassetti.   Stefano Cassetti.

 

Stefano Cassetti est une vraie révélation. Ne se destinant pas au cinéma et découvert par hasard, il assume totalement un rôle sans doute pas facile à endosser. Il est même nommé au César de l'espoir masculin en 2002. Isild Le Besco est parfaite également. Aveuglée par l'ignorance et l'amour, jamais son personnage ne se doute ce qui se trame.

Une oeuvre totalement maîtrisée, grâce à une mise en scène rigoureuse et précise. Une interprétation habitée et enfiévrée. Du grand art. Un grand film.

 

Cédric Kahn.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article