Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Le Silence de Lorna

 

 

 

L'histoire

 

Pour devenir propriétaire d'un snack avec son amoureux Sokol, Lorna, jeune femme albanaise vivant en Belgique, est devenue la complice de la machination de Fabio, un homme du milieu. Fabio lui a organisé un faux mariage avec Claudy pour qu'elle obtienne la nationalité belge et épouse ensuite un mafieux russe prêt à payer beaucoup pour devenir belge. Pour que ce deuxième mariage se fasse rapidement, Fabio a prévu de tuer Claudy. Lorna gardera-t-elle le silence ?

 

Mon avis

 

Vu ce mardi soir en avant-première à l'UGC des Halles en présence des réalisateurs, de l'actrice et de l'acteur principale, et du producteur français. L'interview de l'équipe avant la projection était sympathique. Quant au film lui-même, il est dans la juste lignée de ce que les frères belges nous ont offert jusque là. Un film austère, âpre, collant parfaitement à une réalité noire. Il y a peu à dire tant c'est sans surprise par rapport aux autres films. Comme une continuité logique, ni plus ni moins. Pas de renouvellement, pas innovation. Le tout reste très bien écrit (prix du scénario à Cannes cette année), une histoire édifiante pour une mise en scène serrée. Une technique discrète, une image grise qui n'enjolive rien. Pas de musique, ce qui appuie encore plus le côté terre à terre. Aucun romantisme, aucun pathos. La sècheresse du propos empêche tout de même de s'attacher totalement aux personnages. Malgré tout c'est ce que j'appellerai un beau film mais pas un chef d'oeuvre. La grande satisfaction vient des acteurs. Arta Dobroshi, jeune actrice albanaise, pour son premier film en français, est absolument convaincante. Elle irradie d'un bout à l'autre et tient entièrement le film sur ses épaules. Assurément à suivre. A ses cotés Jérémie Renier est plus qu'excellent, certainement son meilleur rôle à ce jour. Au final un bon moment, pour une belle révélation d'actrice.

 

 

Arta Dobroshi. Diaphana Films Arta Dobroshi. Diaphana Films Jérémie Renier et Arta Dobroshi. Diaphana Films

Arta Dobroshi. Diaphana Films

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Très grand et très beau film. Par contre, ffred, je ne suis absolument pas d'accord avec toi, le film n'est absolument pas terre à terre, il prend même à la fin des allures de conte, à la fois grave et glaçant. La fin, dans la forêt, tend même à un certain l'onirisme, nous ne sommes plus dans la réalité.
Répondre
M
Vu aussi aux Halles, mais malheureusement pas en avant-première...<br /> Très bon film, qui ressemble effectivement aux autres films des frères, mais Lorna, contrairement aux autres héros des Dardenne qui ont la possibilité de remonter du gouffre, plonge et devient imprévisible et de sa culpabilité nait une transformation qui la laissera au bord de la folie...<br /> Un film fort et brut.
Répondre
M
Vu aussi aux Halles mais malheureusement pas en avant-première...<br /> Très bon film, qui ressemble il est vrai aux autres films des frères, mais Lorna,qui contrairement aux autres héros des Dardenne qui ont la possibilité de remonter du gouffre, plonge et devient imprévisible et de sa culpabilité nait une transformation qui la laissera au bord de la folie.<br /> Un film fort et brut avec une actrice talentueuse....
Répondre
A
A peu de chose, ma critique se rapproche de la tienne. Du bel ouvrage ( 3 étoiles ) mais pas le chef-d'oeuvre. Cependant une écriture plus serrée, plus sobre et des comédiens excellents.
Répondre