Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Whatever Lola Wants

Whatever Lola Wants

 

L'histoire

 

Lola, 25 ans, vit à New York où elle travaille pour la Poste en rêvant d'une carrière de danseuse. Youssef, son meilleur ami, est un jeune Egyptien gay installé à New York pour y vivre comme il l'entend. C'est par lui que Lola découvre l'histoire d'Ismahan, star de la danse orientale, véritable légende au Caire. Dans le restaurant où Youssef travaille, Lola rencontre un autre Egyptien, Zack. L'idylle tourne rapidement court quand Zack prend conscience des différences culturelles qui les séparent et rentre en Egypte. Sans réfléchir, Lola, aussi impulsive que naïve, décide immédiatement de le suivre, sous les yeux effarés de Youssef. Arrivée au Caire, déçue par l'accueil de la famille de Zack autant que par l'attitude du jeune homme, Lola se met en tête de retrouver la fascinante danseuse Ismahan.

 

Mon avis

 

Cette production française au casting internationale tournée en anglais, semblait sur le papier une bluette à l'eau de rose et sans doute dégoulinante. C'est vrai que c'est une bluette mais pas trop de guimauve dégoulinante. Le récit est cousu de fil blanc et l'on devine l'histoire et le dénouement sans problème, c'est un brin trop facile et idyllique, tout tombe pratiquement tout cru dans la bouche de l'héroïne. Mais il y a malgré tout un petit charme qui opère tout au long du film (qui m'a fait un peu penser à Waitress sorti l'an passé). Cela est du à plusieurs facteurs qui réunis tous ensembles donnent un sentiment de légèreté et l'on sort de la projection heureux avec de la musique dans la tête (même si le tout s'oublie très vite !). La mise en scène est honnête sans être percutante mais c'est bien suffisant pour ce genre de film. Les images sont très belles, tout comme les décors et les costumes, et la musique est entrainante. Mais l'atout principal est l'interprétation. Le charme de Laura Ramsey y est pour beaucoup (pas autant que Keri Russell tout de même), tout comme le jeu de la belle Carmen Lebbos. Au final un petit moment de détente qui ne restera pas dans les annales mais qui fait passer un bon moment. On peut tout de même s'en passer.

 

 'Whatever Lola Wants' scene (Image 18917761.jpg) 'Whatever Lola Wants' scene (Image 18917759.jpg)

'Whatever Lola Wants' scene (Image 18917764.jpg)

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je confirme que l'on peut s'en passer. On me l'avait conseillé mais j'ai été surtout déçue par le scénario totalement invraisemblable qui montre que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Et puis j'aurais aimé voir plus de danse du ventre puisque que c'est aussi le sujet du film.<br /> Bonne après midi ffred.
Répondre
F
Et bien moi j'ai été bluffé... Certes la substance peut parraître légère mais j'ai pris un tel plaisir que j'ai envie de le défendre plus qu'un autre... Comme je le dis sur mon blog, c'est un film typique de "crise". Mais sa sincérité est communicative. Un vrai coup de coeur.
Répondre
A
Exactement, un petit charme. On ne sait pas très bien pourquoi ni comment, mais incontestablement, un petit charme.
Répondre