Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

La Zona, propriété privée

 

 

L'histoire

 

Mexico. Trois adolescents des quartiers pauvres pénètrent dans l'enceinte de La Zona, une cité résidentielle aisée, entourée de murs et protégée par un service de sécurité privé. Ils s'introduisent dans l'une des maisons, mais le cambriolage tourne mal. Plutôt que de prévenir les autorités, les résidents décident de se faire justice eux-mêmes. Une chasse à l'homme sans pitié commence...

 

Mon avis

 

Attention film coup de poing ! Pour son premier long métrage le mexicain Rodrigo Pla frappe un grand coup. Le jeune metteur en scène met en lumière la "fracture sociale" de plus en plus grande dans son pays en particulier et dans le monde en général. Car ce genre de "zone" existe déjà aux Etats-unis ou ailleurs. Ce n'est pas de la fiction. L'histoire, très simple, est écrite à quatre mains par le réalisateur et sa compagne. Chaque personnage est bien cerné, sans être encombré de cliché ou de stéréotype, ils sont présentés brut, comme ils sont, avec leurs arguments, leurs défauts, leurs faiblesses. Ils ne sont pas jugés et on peut comprendre chacune des motivations de trois parties en présence : les riches, les pauvres et la police. Même si on es père tout le temps, le récit ne va pas comme on le souhaiterait et la fin tragique, terrible, inéluctable arrive immanquablement. Nombre de constats sont alors à faire, et le premier qui vient à l'esprit en sortant de la salle est qu'on est mal barré !

La mise en scène sans être novatrice est de belle facture. On pense même par moment à Inarritu. Inconsciemment l'aîné des deux cinéastes mexicains a du influencer le plus jeune. D'entrée on est pris dans une ambiance particulière, une tension qui va monter progressivement jusqu'à ce final qui vous glace le sang, à mettre une chape de plomb sur la salle, et à faire sortir les spectateurs dans un silence troublant tant le choc est grand. Donc on ne s'ennuie pas une seconde. Tourné comme un thriller et un polar, ce fait divers et fait de société intrigue, révolte et passionne de bout en bout. Les acteurs sont tous très bien, surtout les jeunes. La confrontation puis le rapprochement entre les deux jeunes, le gosse de riche et le voyou, sont magnifiques et les deux jeunes acteurs très convaincants, la dernière partie du film tournant autour d'eux est très forte, d'une puissance dramatique incroyable.

 

Voilà un premier film et un metteur en scène qui ont tout compris. Voilà ce que ne fait plus aujourd'hui que très rarement le cinéma : nous montrer le monde tel qu'il est. Sans fioriture, sans hypocrisie, juste les faits, juste faire voir les choses. Sans jugement, sans pathos, avec un soucis d'honnêteté et de vérité, Rodrigo Pla bouscule et nous fait, si n'est réagir, au moins réfléchir. Son film a toutes les qualités que l'on attend d'un film : un scénario intelligent et bien écrit, une mise en scène solide qui n'ennuie pas, une direction d'acteurs parfaite. Rarement un premier film aura été aussi maîtrisé, abouti, convaincant.

Seuls les films d'Inarritu (les 3 !) m'ont mis une telle claque dans la gueule comme ça. Décidément, le cinéma mexicain a de belles choses à nous offrir, et continue d'étonner d'année en année. On ne peut que souhaiter (et espérer) à ce jeune metteur en scène une carrière aussi belle que celle de son glorieux aîné. C'est bien parti ! Gros coup de cœur.

 

Lion du futur du Meilleur premier film au Festival de Venise 2007

Prix de la Critique Internationale au Festival de Toronto 2007.

 

4 étoiles et demi

 

coup de coeur2

 

 

'La Zona, propriété privée' scene (Image 18906894.jpg) Escena de La zona Escena de La zona

'La Zona, propriété privée' scene (Image 18906897.jpg)

'La zona'

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Le scénario est excellent, dommage que la réalisation manquant cruellement de personnalité ne serve pas bien cette histoire et empêche La zona d'être un véritable film "coup de poing".
Répondre
V
Il ne faut pas non plus comparer de Rodrigo Pla à Inarritu ou Cuaron, il n'a fait que ce film. Film qui d'ailleurs est franchement convenu, télévisuel et modéré dans son style... <br /> Je ne pense pas qu'il pousse réellement à la réflexion, puisque, à un propos, Pla préfère un prétexte... Ce n'est que de l'entertainment vaguement engagé qui se focalise surtout sur ses qualités d'exportation.
Répondre
A
D'abord merci d'avoir attiré l'attention sur ce film. Comme tu le dis, une grande claque dans la gueule. Une mise en scène au scalpel, des personnages forts et très réels. Inarritu, Cuaron, Pla, voilà un splendide trio de cinéastes, qui me font penser, en plus flamboyant et moins désespéré, aux films roumains récents (4 mois, 3 semaines, 2 jours et Dante Lazarescu), par leur sens du récit et de la plongée au coeur de l'action.
Répondre
M
Un film scotchant sur les dérives d'une société sécuritaire. Sobre et audacieux... du grand cinéma !
Répondre
W
Prochain film à voir...... c'est prévu cette semaine. Ta critique ne fait qu'augmenter mon impatience.<br /> <br /> Une question : l'actrice au centre de l'affiche ne serait-elle pas la servante dans LE LABYRINTHE DE PAN ?
Répondre