La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2

par ffred  -  9 Octobre 2013, 07:37  -  #2013, #Palme d'or à Cannes, #Abdellatif Kechiche, #Léa Seydoux, #Drame France, #5* ♥, #Adèle Exarchopoulos, #Jérémie Laheurte, #Alma Jodorowsky, #Salim Kechiouche, #LGBTQI

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2 : Affiche

 

À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve...

 

S'il n'y avait qu'une seule bonne raison d'aller voir La vie d'Adèle ce serait Adèle Exarchopoulos. Elle y est juste extraordinaire, elle crève l'écran. Tenant tout le film sur ses épaules, elle éclipse totalement tous les autres acteurs. Y compris Léa Seydoux, qui si elle n'est pas mauvaise, est plutôt agaçante et qui joue, de toute façon, plus un second rôle. Si la jeune Adèle n'en est pas à son premier film (elle a débuté chez Jane Birkin et ses Boxes en 2007), elle est ici une vraie révélation, mieux, elle explose totalement à l'image. En espérant qu'elle sache bien s'entourer et gérer la suite pour ne pas être un feu de paille comme certaines actrices ayant marqué après un premier grand rôle et qui ont totalement disparu par la suite (la liste est longue...). Pour l'instant, c'est de La vie d'Adèle qu'il s'agit et il y a d'autres bonnes raisons d'aller le voir. Palme d'or pour la France cette année à Cannes, Abdellatif Kechiche (me) surprend avec cette histoire d'amour lesbienne. Une histoire d'amour tout court. Tout ce qui faisait que j'ai toujours détesté ses films a disparu avec ce nouvel opus. Si le thème est plus enflammé, la caméra s'est, elle, calmée. La mise en scène est pourtant beaucoup plus puissante que dans tous ses autres films réunis. Brute, naturelle, sans concession, elle ne scrute que les visages, que les sentiments. Et les corps. Où tout est dit. J'ai lu quelque part que le sentiment amoureux avait rarement été aussi bien décrit au cinéma. C'est exactement ça. L'histoire d'Adèle est simple et à la fois terriblement compliquée. Tomber amoureux est terriblement simple mais quand c'est d'une fille, qu'on a dix-sept ans, des copains de lycée, des amis, une famille, ça peut être aussi compliqué. Adèle passera par tous les stades, de la découverte au désespoir et grandira, murira, fera son expérience de la vie. Double peine que celle de devenir femme en étant homosexuelle (mais l'est-elle vraiment ?). Double peine que connait chacun des homos, homme ou femme, la vie est déjà difficile, on doit se battre doublement. Surtout depuis quelques mois et ce débat surréaliste sur le mariage pour tous (un peu calmé depuis). Kechiche décrit parfaitement ces moments où il faut faire face (ou pas), quitte à mentir à tout le monde, parents, copains, collègues...Mais ce n'est pas le thème du film. D'entrée, on s'attache à Adèle, on la suit, sur plusieurs années, de l'école à sa vie de femme, avec une infinie tendresse et une grand empathie. Le tour de force du réalisateur est de ne jamais nous ennuyer sur trois heures de film. D'aucun disent que la dernière heure est plus faible et moins intéressante. Je ne le pense pas. Il y a, certes, peut être moins de grâce dans la description de l'amour qui s'en va que dans celle de sa découverte et peut être moins de crédibilité dans certaines scènes. Mais ce côté plus bancal rend le personnage encore plus intéressant. La vie d'Adèle déraille soudain, le film prend le même chemin, mais pour mieux l'accompagner. Sa détresse, son désarroi, sa mélancolie n'en sont que plus exacerbés à l'image. Le film et son dénouement n'en sont que plus fort. On sort alors de la projection sous le choc, en ayant du mal à dire ce que l'on ressent. Mais lentement le film commence à faire son effet, on y pense de plus en plus, longtemps encore après l'avoir vu et il risque de nous hanter encore pendant un long moment. Alors je ne sais pas si cette palme d'or est méritée (au vue des dernières on dira que oui), si on tient là le film de la décennie ou même de l'année (vue le niveau du cinéma français cette année, il le sera sans doute...). Mais La vie d'Adèle est probablement le plus beau film d'amour que l'on ai vu depuis très, très longtemps. Abdellatif Kechiche nous offre donc là un chef d'oeuvre (je n'aurai jamais pensé dire cela un jour !). Tout ce qui est à savoir sur l'amour est résumé ici : sa naissance, sa vie, sa mort, sa douleur. Puissant, fort, violent, sexuel et terriblement vivant. Tandis qu'Adèle Exarchopoulos nous offre là la plus belle performance d'actrice vue depuis longtemps.

La dernière image d'Adèle, de dos, marchant vers la vie, vers sa vie, restera sans doute quelque temps gravée dans la mémoire...

La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2
La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

mymp 10/07/2013 13:47

Ah donc finalement, coup de coeur ? Why I'm not surprised ?! Mais bon, je ne m'en fais pas, d'ici quelques semaines, tu vas redescendre ta note :) Pour ma part, je ne trouve même la dernière heure moins bonne, je la trouve complètement ratée. Kechiche arrive à se montrer subtil et percutant pendant deux heures, puis se prend les pieds dans le tapis à la fin. Ce n'est pas un chef-d'oeuvre ni un grand film ni un choc, juste un bon film hyper surestimé.

Wilyrah 10/07/2013 13:16

Je ne suis pas d'accord concernant la dernière heure que je trouve bien moins bonne que les deux premières heures. Les scènes deviennent inutilement longues et plus balourdes. Kechiche veut couper 7min au montage, s'il le fait dans celle du repas ou du musée, ce sera sûrement encore meilleur.

Enfin, concernant le niveau du cinéma français, au contraire, entre ce film et Suzanne, vus tous deux la même semaine, je trouve au contraire que c'est mieux que d'habitude.

Quant au terme de chef d'oeuvre, je ne le trouve pas mérité. C'est un grand film, en revanche.

Chris 09/07/2013 20:37

Mon cher, cher, cher Fred : je savais qu'en dépit de quelques égarements épisodiques, ton goût était sûr et ta sensibilité profonde. Ton article est très beau et je le partage à 100 % (sauf les fautes, tu devrais le relire), surtout ce que tu dis sur la dernière heure, que j'aime beaucoup moi aussi.
1 : quand tu dis "J'ai lu quelque part que le sentiment amoureux avait rarement été aussi bien décrit au cinéma", c'est entre autre, chez moi : http://www.christoblog.net/article-la-vie-d-adele-118091973.html
2 : je t'ai ajouté à ma collecte d'article : http://www.christoblog.net/article-la-vie-d-adele-l-avis-des-blogueurs-118325185.html

Et vive l'amour !

Wilyrah 10/10/2013 22:24

Je l'avais aussi plus ou moins écrit à l'époque ;)

Ma note est remontée d'une étoile, ce qui lui offre un 4 étoiles assimilable à un 9/10. Quelques maladresses et une Léa Seydoux peu crédible dans la rupture l'empêchent d'obtenir la note suprême.
http://www.lebleudumiroir.fr/?p=5089

Sinon, effectivement, très bel article.