Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Ceci n’est pas un film

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/84/36/39/19814581.jpg http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/84/36/39/19814584.jpg

 

La condition des réalisateurs iraniens, et plus particulièrement Jafar Panahi, arrive aujourd’hui à un tel niveau d’injustice et d’incompréhension qu’on peut difficilement l’imaginer sans voir ce film. Outre sa propre condition, c’est celle de tout un peuple, tout un pays que le metteur en scène dénonce là. Même si on s’était déjà fait une petite idée grâce aux films iraniens sortis récemment, on en ressort consterné. Consterné que de nos jours, des sociétés dites « civilisées » puissent encore interdire à des artistes de s’exprimer librement. Sans parler de la condition des femmes, du poids de la religion, du verrouillage des médias et d’internet…C’est juste insoutenable. On ne se rend pas compte à quel point nous avons de la chance de nous lever tous les matins dans un pays où la liberté d’expression, la liberté artistique, la liberté sexuelle et la laïcité nous permettent de vivre, tout simplement (encore pour combien de temps ?...). Le débat est tellement large, les constats tellement décourageants. Le film est tout simple. On suit Panahi, assigné à résidence, sur une journée de sa vie avec ses joies, ses peines, ses espoirs, ses découragements et toujours ses envies de cinéma. Au final peu d’espoir dans tout cela. Son co-réalisateur Mojtaba Mirtahmasb a été arrêté la semaine dernière à l’aéroport de Téhéran alors qui partait pour Paris pour présenter le film. On en ressort pessimiste pour leurs avenirs et celui des leurs. C’est émouvant, poignant, passionnant, décourageant. La scène où il raconte son prochain film avorté en lisant le scénario et en reproduisant sur le tapis de son salon des plans avec du scotch, une chaise et un coussin, est un moment très fort qui nous sert le cœur.  Même fait de bouts de ficelles et de bribes attrapées ça et là, Ceci n’est pas un film est un portrait bouleversant. Un vrai message désespéré. Un vrai film. Du vrai cinéma. 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Ta critique me donne envie de pleurer, tiens ! J'ai ressenti la même chose, j'emploie presque les mêmes mots et j'ai choisi la même photo. Tout ça sans lire ton article (


Répondre
F


Ce film m'a frappé. J'ai bien fait d'y aller hier, il n'est plus à l'affiche de mon cinéma préféré ce matin...plus que 5 salles à Paris :(