Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Ciné de Fred

Vinyan

 

L'histoire

 

Incapables d'accepter la perte de leur fils dans le Tsunami de 2005, Jeanne et Paul sont restés vivre en Thaïlande. S'accrochant désespérément au fait que son corps n'a pas été retrouvé, Jeanne s'est persuadée que son enfant a été kidnappé, dans le chaos qui suivit la catastrophe... qu'il est encore vivant. Paul est sceptique, mais ne peut pas briser le dernier espoir de sa femme. Le couple va alors embarquer dans une quête qui les plongera au fin fond de la jungle tropicale, au sein d'un royaume surnaturel où les morts ne sont jamais vraiment morts...

 

Mon avis

 

Voilà bien le genre où l'on se demande si on a compris quelque chose, s'il s'est passé quelque chose, ou ce qu'a bien voulu dire le metteur en scène ! Ici peut être un peu les trois à la fois. Le premier film de Fabrice du Welz Calvaire était assez réussi, inquiétant, effrayant et dérangeant. Pourtant ça partait bien. Une certaine ambiance, un début d'histoire intéressant, un évènement qui a bouleversé le monde. Et puis dès que les parents partent à la recherche de leur enfant disparu dans le tsunami, tout dérape. Le scénario se prend les pieds dans le tapis. Délires fantasmagoriques ou paranoïaques, rêve, réalité ou folie, tout se mélange, et nous (enfin moi) on s'y perd. L'image n'est pas belle, le montage est limite nauséeux, la musique souvent abrutissante, les dialogues insupportables, une fin gore sans vraiment de raison. L'interprétation d'Emmanuelle Béart est, comment dire, aussi insaisissable que le film. Pour moi erreur de casting, elle n'est pas crédible en mère endeuillée et éplorée. Rufus Sewell est, quant à lui, pas mal. Mais c'est le seul qui se débat et se bat avec conviction. Bref long, ennuyeux, assommant. Dommage le réalisateur promettait beaucoup, après son premier long, ça sonne ici comme un coup d'arrêt. C'est mouillé comme un pétard, et aussi rythmé qu'un plat de nouilles thaïlandaises. Mais bon, attendons la suite. Je déconseille, sauf si vous voulez faire une bonne sieste au chaud...

 

Emmanuelle Béart. The Film / Marcel Hartmann        Rufus Sewell. The Film / Marcel Hartmann

The Film / Marcel Hartmann  

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
D'accord avec mon heavenlycrature. Ce film s'aventure là ou peu s'aventurent. En cela doit-il être défendu. Bien que loin d'être parfait, je lui trouve beaucoup de qualités.
Répondre
H
Je te trouve un peu dur... je n'ai pas adoré mais par contre j'ai trouvé Emmanuelle Béart très convaincante et il y a également une vraie ambiance, quelque chose de presque sensorielle dificilement définissable qui m'a plu... le générique est très beau, le travail du son, la mise en scène, les images... c'est vrai que je n'ai pas tout capté non plus, mais pour je ne sais quelle raison, j'ai envie de défendre ce film. Après "Calvaire", Fabrice De Welz prouve qu'il est un réalisateur atypique et j'attend avec impatience qu'il réalise son chef d'oeuvre...
Répondre
D
Perso j'y ai vu une horrible descente aux enfers, métaphore du deuil impossible à faire. Emmanuelle Béart, sublime, au-delà des mots, et la mise en scène très intelligente.
Répondre