Amore

26 Septembre 2010, 08:00  -  #2010, #Tilda Swinton, #Drame, #Italie, #5* ♥, #Alba Rohrwacher, #Luca Guadagnino

 

 

L'histoire


Dans la propriété des Recchi, riche famille d’industriels milanais, Emma coule des jours monotones, enfermée dans son mariage et son sens du devoir. Au printemps, elle fait la connaissance d’Antonio, surdoué en cuisine et meilleur ami de son fils. Leur rencontre déclenche des passions longtemps réprimées et conduit Emma sur le chemin d’un retour à la vie.

 

 

 

 

 

 

Mon avis


Magnifique ! Totalement fasciné ! Difficile de parler de ce qu'on aime. J'ai tout aimé dans ce film. Cela tient parfois à peu de chose, dur à expliquer. Autant je n'ai pas aimé A single man auquel on pense immanquablement autant celui-ci m'a transporté et envouté d'un bout à l'autre. La mise en scène est grandiose. Virtuose, à couper le souffle. Et pourtant c'est dans les scènes les plus intimes et sur le visage de l'héroïne que tout se passe. Si l'histoire est finalement assez banale c'est le traitement qui fait tout. Mais aussi banale soit-elle, le scénario transcende cette histoire pour en faire un opéra baroque en forme de tragédie grecque. Sublime. Sublime comme son interprète principale (et productrice) Tilda Swinton. On le savait déjà, ce n'est donc qu'une confirmation : elle est une grande actrice. Ce physique et cette voix si particuliers lui confèrent une présence étonnante qui la fait littéralement irradier à l'écran. Une prestation magnifique tout en nuance, mais tellement forte. Le plus beau rôle de sa carrière à ce jour. Le reste de la distribution est du coup tiré vers le haut. Tout le monde est excellent, même si j'ai eu du mal à reconnaitre Marisa Berenson (aie la chirurgie esthétique...). On retrouve aussi Alba Rohrwacher vu récemment dans Ce que je veux de plus, dans le rôle de la fille. Techniquement voilà sans doute le plus beau film de l'année. La photo est à tomber. Les images sont d'une beauté incroyable. Les décors, les costumes, les coiffures, les accessoires, tout est à sa place, chaque détail est étudié et mis le mieux en valeur. La beauté de certains plans (et pratiquement de tous) est incroyable. Chaque mouvement de caméra plus beau que celui d'avant. L'esthétique ne dessert pas le récit comme dans le film de Tom Ford mais l'accompagne. Même la musique pourtant parfois pompeuse finit par se fondre dans la toile. Une intensité dramatique plus forte de minute en minute jusqu'à un dernier quart d'heure d'anthologie. On en ressort le souffle coupé, à la limite de la suffocation, sortant la tête hors de l'eau au même moment que le personnage. Un terrible et magnifique portrait de femme. Une actrice idéale. Luca Guadagnino, un grand metteur en scène. Un souffle et un lyrisme incroyable. J'en suis sorti conquis, tout autant exalté que bouleversé. Un grand film. En tout cas pour moi l'un des plus beaux de l'année...

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Loic 15/10/2010 14:58

Bravo pour la critiqueAvec une telle critiqe, jen suis condamné à voir ce film. En attendant, ce soir, je vois "Elle s'appelait Sarah".....

dasola 06/10/2010 17:55

Bonjour ffred, je n'ai pas dû voir le même film que toi, je me suis ennuyée. J'ai trouvé l'ensemble pompeux et la fin frôle le grotesque. A ma décharge, j'étais encore très fatiguée hier soir suite à mon périple chinois (rentrée samedi dernier). Tilda est en effet très bien et Marisa Berenson fait peur. Bonne soirée.

Palilia 27/09/2010 17:32

hé ben !Quelle critique enflammée : au moins tu as eu du plaisir à regarder un film et en plus tu nous donnes envie de le voir.

ffred 26/09/2010 19:53

Je dois être un des rares à ne pas avoir aimer A single man, je n'ai ressenti aucune émotion, seulement de l'ennui. Un beau numéro de Vogue...

pierreAfeu 26/09/2010 18:43

Je sais que tu n'as pas aimé A single man, mais tout de même... On peut bien sûr comparer les deux films dans leurs partis pris esthétiques (celui de Ford tenant d'un modernisme classique, celui-ci d'un classicisme baroque), mais je ne leur trouve pas tant de points communs que cela. Je préfère A single man évidemment, mais j'ai beaucoup aimé Amore malgré ses imperfections. C'est un film audacieux et assez flamboyant...