Le Policier

par ffred  -  4 Avril 2012, 13:38  -  #2012, #Israël, #Drame, #Yiftach Klein, #2*, #Michael Moshonov

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/16/38/20027703.jpg  http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/16/38/20052335.jpg

 

Tous les films israéliens que nous voyons depuis quelques années traitent, de façon plus ou moins appuyée, du conflit israélo-palestinien. Ce n'est pas du tout le cas ici. Cette fois, nous sommes devant un conflit social interne dont même les médias ne parlent jamais. Le film commence très bien. Portrait d'un policier des forces spéciales, jeune, beau, macho, entretenant avec ses collègues de travail une amitié virile (très ambiguë...) et bientôt père de famille. De belles images, un bel acteur, un scénario et une mise en scène maitrisée et efficace pour un premier film. Et puis patatra. Le récit bifurque vers un groupe de jeunes terroristes bourgeois idéalistes et tout s'écroule. Cela devient d'un coup très bavard, très long et donc très ennuyeux. Cette partie aurait pu rester en filigrane pour rejoindre, au final, celle du policier, dont l'histoire est bien plus intéressante et donc mieux traitée. Quand enfin elles se rejoignent, on a déjà décroché depuis longtemps. C'est dommage car ce premier long métrage du jeune réalisateur Nadav Lapid s’annonçait très prometteur. C'est aussi l'impression que donne l'ensemble des jeunes acteurs du casting, surtout le très charismatique Yiftach Klein (le policier) et la jeune Yaara Pelzig (la terroriste). Il y a là un message politique et social certain mais il ne m'a que partiellement atteint...même si cela pourrait être transposé et vérifié dans n'importe quel pays. Demie déception donc pour ce Policier qui ne tient vraiment pas toutes ses promesses...

 

2-e-toiles

 

policeman1.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

dasola 07/04/2012 09:31

Bonjour ffred, pas encore chroniqué mais assez d'accord avec ton billet. Je ne sais pas pas trop ce qu'a voulu nous raconter le réalisateur. C'est surtout le titre qui est inadapté. Il y a deux
histoires séparées qui se rejoignent à la fin. On se rend compte qu'Israël a les mêmes problèmes de classes, de riches et de pauvres, de révolte, de jeunesse paumée, bon. Pourquoi pas? Bon samedi.

fredastair 06/04/2012 09:49

D'accord avec tout ce que tu dis, au mot près ! Début séduisant, suite terriblement ennuyeuse, ensemble bancal. Déception !