American Honey

par ffred  -  9 Février 2017, 12:47  -  #2017, #Drame USA, #Andrea Arnold, #Sasha Lane, #Shia LaBeouf, #Cannes, #2.5*, #Riley Keough

American Honey : Affiche

 

Star, 17 ans, croise le chemin de Jake et sa bande. Sillonant le midwest à bord d’un van, ils vivent de vente en porte à porte. En rupture totale avec sa famille, elle s’embarque dans l’aventure. Ce roadtrip, ponctué de rencontres, fêtes et arnaques lui apporte ce qu’elle cherche depuis toujours: la liberté ! Jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Jake, aussi charismatique que dangereux….
 

Premier film américain pour Andrea Arnold. En traversant l’Atlantique, celle qui nous a enchanté avec Red Road, Fish Tank et Les hauts de Hurlevent perd un peu tout ce qui faisait l’attrait de son cinéma : profondeur et esthétisme. Pour ma part, plusieurs choses nuisent considérablement au film. Sa durée déjà : 2h43. Il y a bien trois quarts d’heure, voir une heure, de trop et c’est bien là, à mon avis, son plus gros défaut. C’est long, on s’ennuie la plupart du temps, ça n’évite pas les clichés et ça finit par tourner en rond. Le tout plus serré, avec des personnages (pas vraiment aimables, mais ce n’est pas un problème, même s’ils ne sont jamais jugés) plus creusés et plus développés, aurait peut être donné quelque chose de plus dense, de plus compact, un sentiment d’urgence, d’énergie, de fuite en avant (car c’est bien ce que font tous les protagonistes), qu’on ne ressent pas vraiment ici. Un gros problème pour moi ensuite, le tournage caméra à l’épaule (sans parler de la multitude de flous et de gros plans). Si je comprends l’intérêt pour le réalisateur (plus de liberté de mouvement, d’authenticité…), il est moindre pour le (certains) spectateur(s). J’ai très vite eu mal au coeur et c’est au prix de gros efforts que je suis resté jusqu’au bout. A revoir en DVD donc dès que possible, pour voir si cela a vraiment influencé mon jugement (mais je ne le pense pas spécialement). Esthétiquement enfin, la réalisatrice ne nous propose rien de plus que sur son dernier film : même format d’image, mêmes plans sur la nature, etc...Ce qui passait très bien sur un classique de la littérature anglaise, ne passe pas forcément partout. Reste quelques (rares) beaux moments de mise en scène, de jolis moments tout court, une belle interprétation, mais pas assez pour nous faire vraiment adhérer. Et puis, et surtout, il n’y a pas d’émotion, quelle qu'elle soit. Une vision peu reluisante de l’Amérique qui aurait pu être le portrait déchirant ou convaincant d’une certaine jeunesse américaine d’aujourd’hui. Mais non. Son pays natal l’inspire peut être plus car voilà donc ici la première déception de la part d’Andrea Arnold.

American Honey

Laura 09/02/2017 18:38

Outch !
Ce film me disait pourtant et même si je me ferai mon propre avis je note bien le tiens dans un coin de ma tête.
Merci pour cette chronique.
& Bonne soirée

ffred 10/02/2017 12:01

De rien, bonne journée et bon film ! ;-)