Une Femme douce

par ffred  -  23 Août 2017, 07:13  -  #2017, #Drame, #Sergei Loznitsa, #Vasilina Makovtseva, #Cannes, #3.5*

 

Une femme reçoit le colis qu’elle a envoyé quelques temps plus tôt à son mari incarcéré pour un crime qu’il n’a pas commis. Inquiète et profondément désemparée elle décide de lui rendre visite. Ainsi commence l’histoire d’un voyage, l'histoire d’une bataille absurde contre une forteresse impénétrable.
 

J’avais beaucoup aimé les deux films de Sergei Loznitsa que j’avais vus. My Joy et Dans la brume sont des films exigeants et comme je dis (de moins en moins) souvent qui se méritent. Une femme douce (en compétition à Cannes cette année, reparti bredouille) partait sur les mêmes bases. Mise en scène radicale, voir minimaliste (avec un côté très documentaire), scénario réaliste (librement inspiré de Dostoïevski), interprétation théâtrale mais impeccable (formidable Vasilina Makovtseva qui ne décroche pas un seul sourire de tout le film). Un beau portrait de femme, dont on ne connaitra jamais l'histoire ni l’origine, qui se bat pour avoir des nouvelles de son mari incarcéré. C’est intriguant et prenant. On part donc sur les bases du chef d’oeuvre quand intervient cette scène onirique qui, sans tout mettre définitivement par terre, gâche un peu l’ensemble et nous plombe un dénouement qui n’en est pas vraiment un pour le coup. Le réalisateur y voit là une métaphore sur la Russie d’aujourd’hui (qui donne encore moins envie d’y aller), certes, mais dans le même temps il nous perd un peu...Le film ne manque donc pas de qualités mais nous laisse malheureusement quelque peu sur notre faim. Dommage, cela partait très bien...

Une Femme douce
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

dasola 25/08/2017 16:49

Bonjour ffred, quel film éprouvant surtout la scène de viol de la fin. L'actrice est magnifique. Il y a des scènes passionnantes. Film exigeant en effet mais qui aurait gagné à être un peu plus court pour certaines scènes. La vision sur la Russie n'est pas joyeuse. Bonne après-midi.